DONNÉES TECHNIQUES DU SRP

Marquage des matières plastiques selon la norme EN ISO 14021

srp-recyclage-plastiques-a.jpg

Définition des MPR (décembre 2018)

Les MPR plastiques sont des matières / compounds prêts à l’emploi par des plasturgistes, en remplacement total ou partiel de résines vierges.

  • Elles sont élaborées par des régénérateurs à partir de déchets ①de toutes origines : ménages et activités économiques (agriculture, construction, secteur tertiaire et industrie).

  • Elles répondent à des cahiers des charges précis ②.

Nota :
 

  1. Déchet : bien meuble dont son détenteur se défait ou souhaite se défaire (ADEME d’après la définition réglementaire de la loi de 1975 modifiée). Les résidus de production (chutes …) recyclés directement sur le site de production ne sont donc pas des déchets.
     

  2. Les membres du SRP tiennent à la disposition de leurs clients plasturgistes : fiches techniques, données de sécurité, éco- profils, certificats d’économie carbone, …

Nos MPR vis-à-vis du règlement REACH

Spécifications des balles du SRP — REP Emballages ménagers (jan. 2019)

Les membres du GT Emballages du SRP se sont fortement impliqués dans les expérimentations liées à l’extension des consignes de tri (ECT). Ils ont à cette occasion mis en place un « Observatoire de la qualité » dont les analyses sont régulièrement mises à la disposition de tous les acteurs intéressés.
Dans le même temps, grâce aux concours de l’ADEME, de CITEO (Eco-Emballages à l’époque) et de Valorplast, ils ont procédé à l’expérimentation nommée « Séréplast IV1 » dont les conclusions ont été diffusées dès septembre 2017.

Ces mêmes membres du SRP rappellent qu’ils sont, comme le sont tous les producteurs, responsables de la qualité des MPR qu’ils produisent et commercialisent et que cette qualité est étroitement liée à celle des balles triées c’est-à-dire de leurs matières premières. Ils sont donc particulièrement sensibles à la définition de leurs caractéristiques contractuelles et à leur respect par les acteurs de la collecte et du tri.

La généralisation de l’extension des consignes de tri, la montée en puissance du flux en développement et le démarrage plus progressif du sur-tri sont autant d’évolutions récentes qui ont conduit les régénérateurs à réviser leurs spécifications en prenant en compte les enseignements des diverses expérimentations mentionnées ci-dessus.

Vous les trouverez en annexe.

 

Les membres du GT Emballage en profitent pour rappeler :

 

  • Leur attachement aux « Spécifications mono-matière » des flux historiques, qui sont à l’origine du développement de la filière plastique de recyclage des déchets d’emballages ménagers, et qui doivent impérativement être préservées et pérennisées.
     

  • Leur accord pour accompagner l’évolution en cours en continuant à accepter les « Spécifications MIX » qui :

    • doivent conserver leur caractère expérimental et transitoire

    • ne doivent pas supplanter progressivement en termes quantitatifs les « Spécifications mono-matière » sauf à prendre le risque de mettre en difficulté les filières opérationnelles actuelles 

    • doivent continuer à bénéficier d’une décote à l’achat pour compenser le coût des opérations complémentaires (tri, élimination, « dilution contrôlée », …) et des pertes de rendement matière qu’elles induisent et du même traitement en cas de non-conformité (« réclamation-qualité » ouvrant droit à des pénalités financières, comme c’est toujours le cas pour les balles non conformes aux « Spécifications mono-matière »)
       

  • Leur souhait que leurs représentants soient officiellement impliqués lors des prises de décisions sur ces sujets vitaux pour le développement de leurs entreprises.

Nous vous proposons de télécharger les specs techniques de ces différentes balles ci-dessous :